23
Nov

Ce samedi, bar « trappistes » chez les scouts et guides

Si nous pouvions remonter dans le temps, on retrouverait plus précisément la période où la pils était la reine des bistrots, la blonde étant alors un produit de consommation de masse. Nul n’ignore probablement que le plus important groupe brassicole au monde (AB Inbev) a ses racines en Belgique où, c’est une évidence, la bière est un « sport national ». La produire bien évidemment, mais encore la déguster. Aujourd’hui, bien des bières spéciales sont devenues autant de produits de luxe, certaines accédant d’ailleurs aux tables de grands cuisiniers.

Si désormais de plus en plus de passionnés débattent de nouveaux arômes et parfums, auscultent patiemment une robe, et s’émerveillent d’un domaine dont on ne cerne plus trop précisément les limites tant il s’est élargi. Il est bien entendu réjouissant de constater une créativité certaine, qui débouche sur des associations heureuses de saveurs et arômes qui n’ont nullement à souffrir de pressions commerciales.

Aves ses 200 brasseries et 1500 bières, la Belgique est un pilier incontournable pour les « biérophiles », zythologues et autres fans de l’univers, émerveillés par nos produits…

La trappiste

 La trappiste est un élément basique de la production belge de haute qualité et compte ses fidèles, voire ses amoureux. Si l’Association Internationale Trappiste (AIT) n’accorde d’ailleurs pas son label à toutes les productions, avouons que retrouver les bières de Chimay, Orval, Rochefort, Achel, West-Vleteren et Westmalle alimente notre fierté.

roch8_eC’est en tout cas ce créneau des trappistes que la « 16ème Unité Notre-Dame des Champs Guides et Scouts de Fleurus » a décidé de mettre en lumière au travers d’un évènement qui vous sera proposé pour la 5e fois ce samedi 26 novembre, dès 17h. L’adresse du jour ? Chaussée de Charleroi, 151b à Fleurus, c’est-à-dire à l’arrière de la boutique « Donna Style » et de l’agence de voyages « Let’s go Travel ».

L’invite ne laissera pas les amateurs insensibles, d’autant plus quand ils sauront que 34 bières – soit 11 abbayes – figureront à la carte. Bien entendu, les produits belges en font partie, mais encore les trappistes hollandaises « Zundert » et « Koningshoeven », l’autrichienne « Stift Engelszeul » ou encore l’américaine « Spencer » et l’italienne « Tre Fontane ».

De toutes ces bières, François Lorsignol, Caroline Falisse, Sébastien Flaba et Caroline Huskens, chefs d’unité, et leurs fidèles (Laurent Moreau et Ann Vandendriessche) vous parleront avec passion.

La question doit être posée : Comment réussir le pari d’offrir toutes les trappistes un même soir en un même lieu hors circuit commercial ? En effet, pour l’unité, il s’agit aussi d’alimenter une trésorerie qui alimentera des projets (activités hebdomadaires, camps d’été, achats de matériel, etc) destinés à 200 jeunes.

« Créer des circuits courts »

Bien entendu, scouts et guides espèrent la visite des parents, amis, sympathisants et connaisseurs – des « visiteurs » venant de l’extérieur ont même réservé une chambre d’hôtel –, qui seront orval_logo1accueillis chaleureusement (fromage offert!) dans une ambiance bonne enfant, favorable à une dégustation dans les règles, tout le monde sachant qu’« une bière brassée avec savoir se déguste avec sagesse ».

Mais comment donc s’y pour proposer une telle carte ? Tendons l’oreille à François Lorsignol :

« Au-delà de la rencontre, l’idée est aussi de retirer quelques deniers de l’opération. Nous avons dû rechercher un accès direct aux brasseries, voire aux grossistes, ou jouer de nos relations.

chimay_triple_1Comment nous est arrivée la Spencer ? J’ai sollicité un ami qui est américain, a vécu quasiment un an à Fleurus grâce aux échanges « Rotary » et est devenu pilote d’avion. Un jour, il a ainsi débarqué chez moi avec 18 bouteilles, non sans avoir eu quelques craintes par rapport aux règlements US.

Pour apporter à Fleurus la seule trappiste italienne, nous sommes allés à Rome en voiture pour en ramener 20 caisses de 33 cl et 15 caisses de 75 cl, soit la production de deux journées de cette micro-brasserie ».

François ayant joint le geste à la parole… Oui, cette « Tre Fontane » nous est parue bien agréable, douce (quoique 8°5), les arômes d’eucalyptus couvrant l’amertume.

Fleurusiens, amis de « Soviet Bloem », voilà un évènement particulier qui vous tend les bras !

Comments ( 0 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *