14
Juil

François Reumont : la passion du… raisin

Si vous parcourrez la France par les départementales, peut-être emprunterez-vous la D 1089, reliant Clermont-Ferrand à Saint-Etienne. Entre les Monts du Forez (Ouest) et ceux du Lyonnais (Est), vous ferez le plein de belles images…

C’est sur ces terres que (notre concitoyen) François Reumont (36 ans) concrétise au quotidien sa formation de vini viticulteur. « A ne pas confondre avec l’œnologue, moi je soigne la vigne et je produis du vin » annonce posément François, parti sur les routes de France depuis 2002.

10592647_1532477160322318_3374641608274788426_nAprès des études en sylviculture réussie à Carlsbourg, François cherche un job, se rend à Fleurie pour travailler aux vendanges et y vit un premier coup de cœur : « Après la cueillette, j’ai pu participer aux travaux de cuvage (départ et suivi de la vinification), et là j’ai ressenti un déclic et j’ai rapidement décidé de m’inscrire à une formation de vini viticulteur dispensée en deux ans à Beaune-en-Bourgogne, où les cours théoriques et les sessions pratiques s’alternaient par période de 15 jours. Le diplôme acquis en 2004 m’amenait bien sûr à des prestations dans des caves et chez des propriétaires, choisis en plein accord avec mon maître de stage. J’habitais Fleurie et j’y ai joué au football,  j’ai ainsi affiché ma motivation et ma quête d’expériences ».

Notre interlocuteur a travaillé dans le « Blanc Mâconnais » avant de descendre à Flassan découvrir le « Rouge Ventoux » (deux campagnes). « J’ai alors fait le choix de changer de lieu tous les 2 ou 3 ans, je voulais voyager avant de m’installer un jour et de démarrer un projet personnel en reprenant des vignes en location ». C’est ainsi qu’il entre en « Gamay Beaujolais » à Regnié-Durette, « le village à l’église aux deux clochers ».

Et puis… Et puis François rencontre Angélique qui est en commerce « en Forez », plus précisément à Boën-sur-Lignon. Les tourtereaux s’y installent en 2010, s’y  marient, et  sont parents de Gabin. « J’ai pu reprendre en location les parcelles d’un vigneron en fin de carrière. Bien sûr, j’ai investi » (20.000 € pour le matériel agricole et autant pour le matériel de vinification). Mais la passion est incontestable et notre homme travaille beaucoup, au rythme d’un agriculteur en fait.

Un break ? Jamais, ou si peu…

« Vous pouvez confier une même parcelle de vignes à des milliers de viticulteurs, chacun vous proposera un vin différent ». Au travers de ce propos, François est à la fois modeste et ambitieux car il s’occupe de sa production de A à Z, douze mois par an.

Le calendrier des travaux ? A chacun sa conduite, mais en novembre débute la taille minutieuse de la vigne, sachant que François agit sur 3,5 ha (entre 15 et 16.000 pieds au pied du Mont Forez). En mars débute alors l’entretien du palissage, c’est-à-dire changer les piquets cassés, réparer les fils releveurs coupés pour y rattacher (mi-juin) la vigne à ces supports. Et d’avril à la mi-juillet sont alors menés les travaux de printemps : labour et tonte, « une rangée sur deux car cela entraîne une réaction biologique qui suscite la concurrence entre rangées, le taux en azote variable influe sur le volume du raisin : un grain plus petit et plus concentré sera plus riche ». C’est aussi le moment de casser les racines poussant parallèlement au sol « afin d’obliger le cep à puiser dans le sol, dans ce cas sablonneux avec une assise granitique puisque mes vignobles ne sont qu’à 200 ou 300 m du pied d’Auvergne ». En mai, il faut veiller à l’ébourgeonnage, soit « enlever les gourmands, préserver un pied propre, faire en sorte que la sève alimente correctement le raisin, ne se disperse pas dans la végétation inutile ». Et les travaux de relevage et de palissage se poursuivent bien entendu jusqu’en juillet, lorsqu’il faut entamer un rognage (à la machine) ou cisaillage, « qui a ma préférence ». Il s’agit d’étêter (mettre la vigne au carré) et « d’éliminer les entre-coeurs » . Ce job réalisé, août s’annonce moins soutenu « mais à ce moment on connaît pratiquement la date de début des vendanges : lorsque la fleur s’ouvre, on compte 100 jours pour la maturation du raisin, mais cela varie avec la météo. Nous avons recours aux données (pluie, heures d’ensoleillement, etc) enregistrées par la Chambre d’Agriculture, dès lors tout le matériel doit être détartré (dérougir), désinfecter, sachant qu’aucune erreur n’est permise. En effet, de la production (dans ce cas 10.000 bouteilles maximum) dépend la santé de l’entreprise, sa rentabilité, tout simplement l’avenir ». Angélique et François luttent d’ailleurs pour gommer les affres d’un incendie déclenché (août 2015) hors domaine mais ayant entraîné des dégâts leurs biens et nécessité des dépenses.

Et voilà les vendanges venues… « Chez moi, la récolte est totalement manuelle » et de suite la mise en cuve (entre 1.500 et 3.500 litres) – « Durant 3 ou 4 semaines, nous travaillons 15 ou 16 heures par jour »  – pour les macérations (entre 10 et 30 jours) et la transformation naturelle des acides (fermentation malo-lactique obligatoire sur les rouges). « Il y a un contrôle scientifique tous les 2 ou 3 jours mais il y a aussi le feeling du vigneron et puis, personnellement, je goûte mon vin deux ou trois fois par jour ». Vous dites François-le-bienheureux ?

Le vin repose en cuve jusqu’en mars, moment de la mise en bouteilles « en utilisant des bouchons en liège venant de Fleurus, de la Maison Leclercq, car le vin respire et continue à évoluer ». Ensuite, il faut penser à la commercialisation bien sûr, faire découvrir ses produits (trois rouges, un rosé sec et un rosé moelleux, typique du pied de la montagne), « le client belge est très intéressant car très connaisseur, avec un esprit très ouvert ».

Les vins du Forez sont en vente sur Fleurus, adressez un message à françois_reumont@yahoo.fr qui vous dira tout.

Pour celles et ceux qui auraient un doute : François est évidemment le fils de Robert Reumont, auteur de polars 😉

Comments ( 0 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *