03
Sep

SPH Fleurus : de nouveaux moyens seront utiles

Créé le 6 avril 1981, l’asbl « Sports pour Handicapés » compte aujourd’hui 150 athlètes. C’est dire si le bébé a grandi, c’est aussi une façon de souligner l’importance des moyens nécessaires pour que ce groupement tourne. Depuis des années déjà, le SPH a porté le nom de Fleurus partout en Belgique, sa notoriété est telle qu’en octobre 2017 la Princesse Astrid est venue effectuer une visite sur le terrain, en nos murs.


 

« Pour moi, cette journée restera mémorable » concède d’emblée Marie-Claude Dupon, cheville ouvrière depuis la création de la structure.

« En fait, je faisais partie de la délégation du « Belgian Paralympics Comittee » présente en 2018 aux Jeux de Pékin. La princesse aussi, nous avons rapidement fait connaissance, et spontanément elle a dit son respect pour l’action menée à Fleurus. Et dans le cadre d’une semaine « Tous Ensemble » organisée en octobre 2011, elle nous a rendu visite, se pliant même à la demande d’un gosse en quête d’un bisou de princesse ».

 

Une journée découverte

Pour relever les paris quotidiens nécessaires à la vie du SPH, il faut des moyens, financiers et humains. Voilà qui a incité a organiser une journée au fil de laquelle valides et moins valides peuvent se rencontrer.

« Ce rendez-vous sera proposé le dimanche 9 septembre dans le cadre de la piscine : la marche ADEPS (5, 10 ou 20 km) draine généralement entre 400 et 500 pratiquants, voire davantage, qui peuvent côtoyer nos membres. Le mot handicapé peut se prononcer sans pudeur ni retenue. Nous acceptons notre déficience et il est établi que des activités communes apportent un plus à nos membres et à l’équilibre général. Pour les handicapés, un départ groupé sera donné à 10h00, et plusieurs chiens seront de la partie. En fait, Rani Bianci, un Golden retriever, fut durant de longues années la mascotte du club, au point qu’il participait aux ateliers de psychomotricité avec nos enfants » souligne Marie-Claude.

Au programme du 9 septembre figurera aussi un concours de boccia (entre pétanque et boule), tandis que « Les yeux dans la lumière » encadrera les mal voyants (boules sonores), et que « L’Empreinte » déplacera son atelier boulangerie porté par des handicapés mentaux. Pour plus de détails, consultez la page Facebook.

Au-delà de cette journée découverte, le SPH propose chaque année aux élèves des primaires des « paralympics fleurusiens », un enchaînement de 9 ateliers sportifs à réaliser dans les conditions que connaît la personne handicapée. Les enseignants disposent d’un dossier pédagogique, qui permet un travail en amont et en aval. « Voilà qui permet à nos 10/12 ans de comprendre les adaptations nécessaires à la pratique sportive du handicapé, ses difficultés, leur vision évolue, et ce n’est que du bonheur : nous avons même connu en 2011 l’intégration d’un enfant trisomique dans une classe gardienne classique ».

 

Une actualité sportive forte

Grâce à ses pongistes et nageurs, le SPH concourt partout, ne faisant aucune différence entre un « loisir » ou un sélectionné national. « Aymeric Parmentier, autiste, est manifestement notre porte-drapeau, en décembre dernier il a d’ailleurs décroché la médaille de bronze aux championnats du monde de natation, et il a déjà réalisé un chrono qualificatif pour les mondiaux 2019″.

Et au niveau organisation, le SPH remettra le couvert le 11 novembre, avec le « Challenge Handinat » réglementé par une grille qui permet de classer tous les sportifs (handicapé physique, déficient mental, PMR, …) selon une grille médicale.

L’asbl « Sports pour Handicapés » a vu le jour en 1981 à l’initiative du centre culturel local qui voulait poser un acte fort dans le cadre de la « 3ème Journée Européenne de la Personne handicapée ». En ouvrant de grands yeux, Marie-Claude Dupon – elle-même touchée par le handicap – synthétise : « Humainement cette démarche est hyper riche, mais nous ressentons maintenant la nécessité de nouveaux moyens : tous les bénévoles trouveront à s’exprimer en notre sein, et tout apport financier est essentiel pour assurer l’avenir».

Comments ( 0 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *