28
Mai

LINE UP

THE BATHS // 14h30
Fleurusiens déjà formés en 1967 avec un registre « Rhythm & Blues », 2ème lauréat du festival « Guitar d’or de Ciney » en 1968, The Baths nous reviennent avec un set entre covers (George Harrison, Rolling Stones, Police, etc.) et morceaux originaux… Avec un univers vaste entre Rock, Blues, Rythm’n’Blues, cette bande de vieux potes vous fera ressentir leur passion à travers la satu, la reverb et les coups de kicks!

KRAKIN’ KELLYS // 17h30

Irish Skate Punk, beer and bar fight ! Quand les six namurois de Krakin’Kellys réinterprètent le rock irlandais à la sauce américano-punk, le résultat ne peut que surprendre ! A contre-pied des patrons du genre, les bostoniens Dropkick Murphys, les Krakin’Kellys partent de riffs punk-rock dont ils marient ensuite la vibrante énergie avec des mélodies inspirées de l’Ile d’Eire. Micro énervé et basse bien grasse rencontrent cornemuses, flûtes et accordéon le temps d’une soirée bien arrosée, et l’on sort galvanisé de cet univers unique en son genre.

A la croisée des pubs du vieux Dublin et des films de Larry Clarke, Krakin’ Kellys occupe une place à part dans le paysage musical européen.

PHOENICIAN DRIVE // 19h00

Phoenician Drive est sans doute l’une des formations psychédéliques bruxelloises les plus excitantes du moment. Fondé en 2015, ce jeune sextet vous embourbe dans des cycles de trance articulés autour de motifs à la fois orientaux, nord-africains et venus de l’Europe de l’Est, le tout sous-tendu par une rythmique jazzy, voire groovy. Ajoutez à cela des riffs psychédéliques/post-rock et de sporadiques renforcements en fonction de leurs concerts (flûtes ethniques, clarinette turque ou saxophone joués par des invités) et vous tenez votre passeport pour un voyage musical et spirituel, au cours duquel conversent la derbuka, le oud, le banjo et les autres instruments conventionnels du rock.

Un métissage admirablement réussi qui constitue un authentique manifeste d’ouverture aux cultures extra-occidentales, opérant un pont entre le krautrock allemand (Can, Faust, Neu !), le rock psychédélique turc d’Erkin Koray et les envolées balkaniques de l’Orient Express. Oui, rien que ça.

MOTHERSHIP CONNECTION // 21h30

Déjà présent en 2017, ce duo atypique de musiques électroniques, inspiré par le funk, le disco et l’électro berlinoise vous fera danser et clôturera la Soviet Muzik Party ! Les deux musiciens associent « machines analogiques », jouées en live, superposées à des samples retravaillés de titres électronique bien connus des grandes nuits de la vie d’un clubber. Mothership Connection vous propose un voyage intemporel envoûtant à travers la musique électro, techno et acid! Toujours en live et en constante évolution chaque prestation est donc unique.

BARNILL BROTHERS // 16h00

Créé en mars 2016, le duo folk belge, Barnill Brothers présente son premier EP, Parallel Lives. Ce titre évoque la multitude de voies possibles qui se présentent aux Hommes. Il rappelle qu’il appartient à chacun de choisir celle qui le rendra heureux. Fidèles à leur amour pour le folk américain, le Wallon Barnabé Deliens (alias Ted) et le Flamand Ruben Hillewaere (alias Charlie) nous offrent un voyage vers l’inconnu et le rêve, à travers les grandes plaines de l’Ouest, le tout en mêlant émotion et énergie brute. Car s’il y a bien des caractéristiques de la folk auxquelles le groupe tient, c’est la pureté, la simplicité et l’authenticité qui s’en dégagent. Mais ne vous méprenez pas: loin de s’installer confortablement dans la lignée de leurs influences, les deux garçons aiment surprendre et aller là où personne ne les attend. Ainsi, sur cet EP, vous trouverez une reprise de “The Show Must Go On” de Queen. Revisitée façon Barnill Brothers, cette chanson légendaire devient un morceau acoustique, bien plus épuré et flottant que l’original… Et ça marche!

En 2016, le duo gagne “Ma première scène” au Centre Culturel de Woluwe-St-Pierre avant de remporter un programme d’accompagnement de deux ans grâce au concours liégeois “Ça Balance”. Ces victoires lui ouvrent de grandes portes dont celle du Botanique. Depuis lors, avec leurs guitares et leur voix, Barnabé et Ruben nous racontent leurs rêves inachevés et leur refus de la routine. S’ils composent et ont enregistré leur EP en guitares-voix, sur scène, ils sont accompagnés d’un band de cordes et de cuivres.

BABELSOUK // 20h30

C’est en 2012 que des musiciens aux influences diverses – hip-hop, ska, dub, funk, soul, rock – entourent le chanteur/MC KLM afin de produire une musique éveillant les consciences. Partant sur une base unificatrice de reggae, Babelsouk mélange les couleurs de chacun dans une onde positive et ensoleillée.

Des compositions originales qui mettent en relief des textes engagés sur des sujets aussi variés qu’universels. L’amour, la solidarité, le respect des autres et de soi, la paix ou l’espoir : des messages forts mais toujours positifs même quand il s’agit de dénoncer certaines défaillances, hypocrisies et autres injustices sociales.

En 2016 parait le premier album « Charlykingston », s’imposant comme un recueil de vibes Dub efficaces sur la scène du Pays Noir : Babelsouk fait en effet salle comble à l’Eden (Charleroi) lors de sa sortie.